Se connecter avec nous

Politique

Université de Lomé : Ça brûle malgré les sanctions prévues par Kpodar

Avatar de Leg Arthur

Publié

sur

Université de Lomé : Ça brûle malgré les sanctions prévues par Kpodar

Les enseignants-chercheurs et le personnel administratif et technique de l’Université de Lomé ont manifesté jeudi dernier, réclamant la démission de leur collègue, Prof Majesté Ihou Wateba, actuel ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche. Cette demande a été formulée lors d’un sit-in sur le campus, en réponse à la récente déclaration du président de l’Université, Prof Adam Kpodar, qui avait interdit leurs manifestations.

Un mouvement de grève transformé en Sit-in

Selon le planning initial des enseignants, une grève de deux jours devait se dérouler jeudi et vendredi dernier, durant laquelle ils prévoyaient de se rendre au travail sans effectuer les tâches requises. Cependant, cette grève s’est rapidement transformée en sit-in. Rassemblés au carrefour cinquantenaire du campus Sud, les manifestants brandissaient des pancartes sur lesquelles on pouvait lire : « Ihou Dégage ! », « Chef de l’Etat, au secours ! », « Non au dilatoire ! », et « Oui à un dialogue sincère ».

Les revendications des manifestants de l’Université de Lomé

« La base demande la démission de notre ministre de tutelle, Prof Ihou Wateba, car il nous a clairement signifié que si nous ne sommes pas contents, d’aller voir le président de la République », a expliqué Prof Mohou Mensanh, de la Faculté des Sciences et du Département de Physique. Cette déclaration reflète le sentiment général des manifestants, qui estiment que le ministre n’a pas pris en compte leurs revendications.

CSAF

Une Réunion d’Urgence sans résultats concrets

Face aux tensions croissantes, Prof Majesté Ihou Wateba a convoqué une réunion d’urgence mardi dernier avec les syndicats du personnel enseignant, de recherche, et administratif, technique et de service de l’Université de Lomé (UL). Les doyens et directeurs de l’UL étaient également présents à cette rencontre, qui s’est tenue à l’amphi 600 de l’université. Toutefois, les discussions n’ont pas abouti à des solutions concrètes.

Réponse des enseignants à l’interdiction de manifester par Prof Adam Kpodar

La veille du début de la grève de deux jours, le président de l’université, Prof Adam Kpodar, a interdit le mouvement, arguant que ces activités violent les dispositions légales régissant le droit de manifestation au Togo. Cette interdiction a été mal accueillie par les manifestants, qui ont réaffirmé leur détermination à poursuivre les manifestations jusqu’à satisfaction de leurs revendications.

Des revendications non satisfaites

Les enseignants soulignent qu’ils manifestent en raison de problèmes non résolus, certains datant d’avant l’arrivée de Prof Kpodar à la tête de l’université. Parmi leurs revendications figurent le paiement du reliquat des accords de 2011, soit 10 mois d’arriérés, ainsi que le solde des augmentations de salaire de 5 % et 10 % promises par le chef de l’État en 2020 et 2022 pour atténuer la cherté de la vie. Les enseignants et le personnel administratif et technique des Universités publiques du Togo (UPT) attendent toujours ces paiements.

La situation reste tendue à l’Université de Lomé, avec des enseignants déterminés à obtenir de meilleures conditions de travail et de vie, et des autorités universitaires et gouvernementales appelées à trouver une solution rapide à cette crise.

Rejoignez notre communauté pour ne rien rater.

CSAF

Copyright © 2023 POWERED BY ZOE CREATION