Se connecter avec nous

Politique

Université de Lomé – Menaces contre la grève : Adama Kpotar emboite les pas à son jumeau

Publié

sur

Université de Lomé - Menaces contre la grève : Adama Kpotar emboite les pas à son jumeau

Au Togo, les autorités préfèrent utiliser les menaces et les intimidations envers les travailleurs plutôt que de respecter leurs promesses et de répondre aux revendications légitimes. Cette situation est visible à tous les niveaux de décision. Les travailleurs semblent ne plus avoir la liberté de réclamer leurs droits.

La Grève déclarée illégale par l’Université de Lomé

La grève annoncée par le personnel enseignant et administratif de l’Université de Lomé (UL) pour les 23 et 24 mai 2024 a été déclarée illégale par le Prof Adama Mawulé Kpodar, président de l’université. Dans une note circulaire, il avertit que tout contrevenant sera soumis à des sanctions légales strictes.

Sanctions disciplinaires prévues

« Les enseignants et PATS qui participeront à des actions illicites interdites par le président de l’université s’exposent aux sanctions disciplinaires prévues par les règlements de l’Université de Lomé », avertit le président.

Fondements de l’illégalité de la grève

La note circulaire explique que l’illégalité de la grève s’appuie sur plusieurs dispositions légales. Selon le président de l’UL, ces textes exigent que le droit de grève soit exercé dans le respect des droits et libertés du personnel non-gréviste (article 9), qu’un préavis de 10 jours ouvrés soit donné (article 11) et que le droit de grève continue pendant cette période (article 12, alinéa 3). Il est également interdit de faire grève sur les lieux de travail ou à leurs abords.

CSAF

« En se basant sur ces dispositions, la grève prévue pour les 23 et 24 mai 2024, lancée sans préavis par les organisateurs de la manifestation du 17 mai 2024, nécessite des mesures particulières », précise la note.

Annonce de mesures répressives

Les grévistes risquent de subir des sanctions légales. Les doyens et directeurs des écoles, instituts et centres sont chargés de relever l’identité des grévistes et de transmettre ces informations à la Présidence de l’Université, qui engagera des poursuites disciplinaires selon les procédures en vigueur.

Surveillance et dénonciation

Une liste quotidienne des agents grévistes sera établie pour des actions disciplinaires à leur encontre. Le climat de tension et de surveillance s’intensifie, créant une atmosphère de répression parmi les travailleurs de l’Université de Lomé.

Rejoignez notre communauté pour ne rien manquer.

CSAF

Copyright © 2023 POWERED BY ZOE CREATION