Se connecter avec nous

Politique

Lutte anti-terroristes en Afrique : A Abuja Faure Gnassingbé fait grincer les dents de ses paires (Les raisons)

Avatar de Richard

Publié

sur

Togo/Officiel : Faure Essozimna Gnassingbé promulgue la nouvelle constitution

Lors du sommet de haut niveau sur la lutte contre le terrorisme en Afrique, tenu à Abuja le 22 avril 2024, le président togolais Faure Gnassingbé a lancé une déclaration audacieuse, qualifiant les accords militaires précoloniaux d’« obsolètes » et de « caducs ». Cette prise de position a immédiatement déclenché une controverse, soulevant des inquiétudes parmi certaines puissances mondiales.

Un soutien surprenant

Reconnu comme médiateur par la CEDEAO et soutenu par les jeunes dirigeants de l’AES, Faure Gnassingbé a bénéficié d’un appui surprenant. Cependant, cette déclaration a également entraîné le départ prématuré de certains participants, illustrant la polarisation des opinions à ce sujet.

Des inquiétudes diplomatiques

La déclaration du président togolais a non seulement déclenché des réactions passionnées, mais elle a également semé l’inquiétude parmi les grandes puissances. Elles craignent que cette remise en question des accords militaires ne compromette la stabilité régionale et leurs intérêts stratégiques.

Une opposition souterraine

En coulisses, certains acteurs financent des campagnes médiatiques pour discréditer Faure Gnassingbé, révélant les tensions politiques sous-jacentes. Cette opposition discrète souligne l’importance de cette déclaration et ses implications potentielles.

Un défi pour la sécurité régionale

La controverse autour des accords militaires précoloniaux met en lumière la nécessité cruciale de renforcer la coopération et les institutions régionales pour lutter efficacement contre le terrorisme en Afrique. Cette remise en question soulève des questions essentielles sur l’avenir de la sécurité régionale.

##Faure Gnassingbé##

Rejoignez notre communauté pour ne rien manquer.

CSAF

Copyright © 2023 POWERED BY ZOE CREATION