Se connecter avec nous

Actualités

Guinée-Bissau : Le président Embalo Sissoco dissout le Parlement après la « tentative de coup d’État »

Avatar de Richard

Publié

sur

Guinée-Bissau : Le président Embalo Sissoco dissout le Parlement après la « tentative de coup d'État »

La Guinée-Bissau fait face à une crise politique aiguë après les récents affrontements entre les forces de sécurité et le gouvernement. Dans une tentative pour restaurer la stabilité et rétablir l’ordre, le président Umaro Sissoco Embalo a pris des mesures drastiques en dissolvant le Parlement et en projetant des élections anticipées.

Les événements dramatiques ont débuté dans la nuit du jeudi au vendredi 1er décembre, secouant la capitale, Bissau, par des affrontements entre les éléments de la Garde nationale et les forces spéciales de la Garde présidentielle. Ces heurts ont tragiquement causé la perte de vies humaines, plongeant le pays dans la peur et l’incertitude.

Le déclencheur de ces violences a été un incident survenu lors de l’interrogatoire de deux ministres de l’opposition au sein du Parlement. Alors qu’ils étaient détenus par la police judiciaire, des membres de la Garde nationale sont intervenus pour les libérer de manière violente, déclenchant ainsi des hostilités avec les forces présidentielles.

Cette escalade de tension a mené le président Umaro Sissoco Embalo à agir fermement. Ce lundi matin, une réunion du Conseil d’État a été convoquée, incluant les plus hautes autorités du pays, pour annoncer la dissolution du Parlement. Cette décision radicale fait suite à une cohabitation tendue et complexe entre le chef de l’État et l’opposition majoritaire au sein du Parlement, exacerbée depuis les élections législatives de l’été dernier.

La dissolution du Parlement est considérée comme une tentative de rétablir l’équilibre entre les pouvoirs législatif et exécutif, cherchant ainsi à apaiser les tensions politiques et à restaurer la stabilité nationale. Le président Embalo a également annoncé la tenue de nouvelles élections législatives pour rétablir le fonctionnement normal des institutions du pays.

tab tech

« La date des prochaines élections législatives sera fixée au moment opportun, conformément aux dispositions de la Constitution », a déclaré le président dans un décret présidentiel. Il a également pointé du doigt une « complicité » entre la Garde nationale et certains intérêts politiques, dénonçant une ingérence intolérable dans les affaires de l’État.

Le président a souligné que cette tentative de coup d’État menée par la Garde nationale et les preuves de complicité politique ont rendu le fonctionnement normal des institutions impossibles, confirmant l’existence d’une crise politique majeure dans le pays.

Rejoignez notre communauté pour ne rien manquer.

Continuer La Lecture
Cliquez pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2023 POWERED BY ZOE CREATION