Se connecter avec nous

Actualités

L’Énigme des fonds Covid-19 au Togo : Quand vérité et opacité se confrontent à l’Assemblée Nationale

Avatar de Richard

Publié

sur

L'Énigme des fonds Covid-19 au Togo : quand vérité et opacité se confrontent à l'Assemblée Nationale

L’Assemblée nationale du Togo a été le théâtre d’un débat tendu vendredi, mettant en confrontation les membres de la Cour des comptes et les ministres du gouvernement, au sujet du rapport d’audit du Fonds Covid-19. Cette séance, orchestrée par la commission d’enquête parlementaire, visait à clarifier les zones d’ombre persistantes autour de ce rapport largement médiatisé.

Les discussions ont été houleuses, opposant les auteurs du rapport, accusateurs, et les ministres impliqués dans la gestion des fonds, défenseurs de leurs actions. Malgré les échanges, des interrogations demeurent.

Cette audience spéciale a réuni des partenaires financiers, des bailleurs de fonds et des organisations de la société civile, témoignant de l’importance et de l’enjeu que représente cette affaire.

Plusieurs membres du gouvernement, dont Sani Yaya, ministre de l’Économie et des Finances, Kodjo Adedze en charge de l’Urbanisme, Christian Trimua des Droits de l’homme, Cina Lawson de l’Économie numérique, et Damehame Yark de l’Eau, ont été appelés à fournir des clarifications. Cependant, les explications données n’ont pas toujours convaincu les membres de la commission parlementaire et la Cour des comptes.

« Nous voulons que vous expliquiez les choses en termes clairs ou dans un langage vulgaire : est-ce que quelqu’un a volé le fonds Covid ou non ?« , a interpelé Aklesso Atcholi, président du groupe parlementaire UNIR, exprimant la quête de vérité du parlement.

Le rapport de la Cour des comptes a signalé des anomalies dans la gestion des fonds Covid-19, sans déclarer formellement des détournements. Amoussou-Guenou Assiba, Conseiller-maître à la Cour des comptes, a souligné ces dysfonctionnements lors de son intervention. « Nous avons constaté des graves anomalies. Par exemple, nous n’avons pas retrouvé toutes les caméras achetées, seulement une clinique mobile », a-t-il précisé.

tab tech

Il a également noté l’absence de procès-verbaux pour certains travaux payés, alimentant ainsi les suspicions. « Ce sont des anomalies qui interpellent et nécessitent une enquête approfondie pour déterminer les responsabilités précises », a-t-il ajouté.

En réponse, les ministres ont affirmé que les caméras et les autres équipements avaient bien été achetés et que les fonds destinés à Novissi ont été distribués aux bénéficiaires. Cependant, les réponses fournies n’ont pas convaincu l’ensemble de l’assemblée.

La présidente de la commission parlementaire d’enquête, Bernadette Leguezim-Balouki, a souligné l’absence de concordance entre les explications des deux parties. « Nous allons élaborer notre rapport qui sera présenté en plénière. Ce sera l’occasion pour l’Assemblée nationale de se faire une opinion à partir de tout ce que nous avons entendu des deux camps », a-t-elle annoncé.

La situation demeure donc en suspens, l’Assemblée nationale devant encore examiner en détail les éléments présentés avant de tirer des conclusions définitives. Cette affaire autour du rapport de la Cour des comptes continue de susciter une vive polémique dans le pays.

Cette confrontation entre les membres du gouvernement et la Cour des comptes reflète les enjeux cruciaux de transparence et de responsabilité dans la gestion des fonds publics, soulignant la nécessité d’une enquête approfondie pour établir la vérité sur l’utilisation des fonds alloués pour lutter contre la pandémie de Covid-19 au Togo.

Rejoignez notre communauté pour ne rien manquer.

Copyright © 2023 POWERED BY ZOE CREATION