Se connecter avec nous

Politique

Togo/Report des élections : Des jours de manifestation annoncés par l’opposition

Avatar de Leg Arthur

Publié

sur

Togo : Les manifestations de l'opposition interdites par le gouvernement

Le régime de Faure Gnassingbé au Togo se retrouve dos au mur après l’adoption d’une nouvelle Constitution par ce que beaucoup considèrent comme des « députés illégitimes« . Depuis lors, le pays fait face à une répression brutale de toute dissension politique, avec même l’interdiction de simples conférences de presse des partis politiques et des organisations de la société civile légalement établies.

Réaction internationale

La communauté internationale ne reste pas silencieuse devant cette situation alarmante. Les voix s’élèvent pour condamner les actions répressives du gouvernement de Gnassingbé. Des organisations mettent une fois de plus en garde contre les dangers d’une telle répression.

Appel à la manifestation au Togo

Les rues de Lomé et d’autres villes togolaises pourraient bien devenir le théâtre de protestations massives les 11, 12 et 13 avril 2024. Les partis politiques de l’opposition, notamment l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC) de Jean-Pierre Fabre et quatre autres groupes, ont lancé un appel à une grande manifestation pendant ces trois jours.

Report des élections contesté

Le catalyseur de cette mobilisation est le report annoncé des prochaines élections législatives et régionales. Les partis d’opposition dénoncent cette décision, affirmant qu’elle vise à consolider le pouvoir en place par des moyens antidémocratiques.

Dans une déclaration conjointe, les partis politiques et les organisations de la société civile ont vivement condamné cette manoeuvre du régime. Ils contestent la légalité de la suspension des élections, soulignant que le corps électoral a déjà été convoqué par décret.

Légitimité contestée

De plus, les signataires de la déclaration soulignent le caractère non légal de l’Assemblée nationale, dont le mandat a expiré il y a plusieurs mois. Ils estiment qu’elle n’est pas habilitée à réécrire une nouvelle Constitution ni à mener des consultations en vue d’une nouvelle délibération.

En conclusion, les partis d’opposition appellent à la poursuite du processus électoral et exhortent les candidats à continuer leur campagne malgré les tentatives du gouvernement de retarder le processus démocratique.

Rejoignez notre communauté pour ne rien manquer.

CSAF

Copyright © 2023 POWERED BY ZOE CREATION