Se connecter avec nous

Politique

Nouvelle constitution togolaise : Voici ce qui a changé après la relecture

Avatar de Leg Arthur

Publié

sur

Nouvelle constitution togolaise : Voici ce qui a changé après la relecture

Ce vendredi , l’Assemblée nationale togolaise a franchi une étape cruciale dans le processus de réforme constitutionnelle en adoptant la seconde lecture de la nouvelle Constitution, votée initialement le 25 mars. Dans un vote à bulletin secret, les 87 députés présents ont tous exprimé leur soutien à ce texte, marquant ainsi un consensus rare dans le paysage politique togolais. Toutefois, l’absence des 3 députés du Nouvel Engagement Togolais (NET) a été remarquée, signe d’une opposition persistante à cette réforme.

Vers une nouvelle ère constitutionnelle togolaise

La nouvelle Constitution, une fois promulguée par le gouvernement, entrera en vigueur, marquant ainsi le début d’une ère constitutionnelle rénovée pour le Togo. Cette adoption fait suite à une demande du président Faure Gnassingbé pour une seconde lecture, soulignant l’importance de cette réforme aux yeux des citoyens togolais.

Consultations populaires et amendements

Précédant cette seconde lecture, une mission d’information et d’écoute des populations a été organisée dans les préfectures du pays, durant deux jours. Cette initiative visait à informer les citoyens des changements majeurs proposés dans la nouvelle loi et à recueillir leurs suggestions et contributions. Ces retours ont été pris en compte lors des délibérations à l’Assemblée nationale, conduisant à des amendements tant sur la forme que sur le fond du texte.

CSAF

Principaux changements

Parmi les modifications apportées, certaines sont significatives. Notamment, la réduction du mandat présidentiel de 6 à 4 ans, renouvelable une seule fois, marque un tournant dans la vie politique du pays. De même, le passage à un régime parlementaire, avec des prérogatives accrues pour les groupes parlementaires dans la présentation des candidats à la présidence, suscite des débats et des espoirs pour une gouvernance plus représentative.

Contestations persistantes

Malgré ces avancées, des contestations persistent, notamment au sein de l’opposition et de la société civile. Le débat autour de la Constitution reste au cœur de la campagne électorale en vue des prochaines élections législatives et régionales. Ces tensions reflètent les enjeux profonds liés à cette réforme et soulignent l’importance d’un dialogue continu pour garantir une transition politique pacifique et inclusive.

Rejoignez notre communauté pour ne rien manquer.

CSAF

Copyright © 2023 POWERED BY ZOE CREATION