Se connecter avec nous

Actualités

Suspense au Sénégal : Le destin d’Ousmane Sonko à nouveau entre les mains de la Justice

Avatar de Richard

Publié

sur

Suspense au Sénégal : Le destin d'Ousmane Sonko à nouveau entre les mains de la Justice

Le feuilleton judiciaire qui oppose l’éminent opposant sénégalais Ousmane Sonko à l’État du Sénégal atteint peut-être son dénouement ultime. En jeu ? Sa présence sur les listes électorales, une décision cruciale qui déterminera sa participation à l’élection présidentielle de 2024. Mardi 12 décembre, le tribunal de première instance de Dakar doit rendre son verdict : réintégration ou radiation d’Ousmane Sonko des listes électorales.

Cette affaire trouve ses racines dans le rejet par la Cour suprême de la réintégration d’Ousmane Sonko dans les listes électorales, renvoyant ainsi le dossier au tribunal de Dakar. Ce rebondissement fait ressurgir un contentieux juridique opposant l’opposant numéro un du pays à l’État sénégalais, centré sur sa radiation consécutive à sa condamnation, le 1er juin, à une peine de deux ans de prison pour corruption de la jeunesse.

Les avocats de la défense arguent que Sonko a été jugé par contumace avant d’être arrêté, ce qui, selon la loi sénégalaise, requiert l’organisation d’un nouveau procès. En conséquence, la condamnation initiale serait annulée et les droits civiques rétablis, dénonçant par là même une manœuvre visant à évincer l’opposant de la course présidentielle. Cependant, le pouvoir en place se défend de toute manipulation de la justice, soulignant que la radiation est automatique en cas de condamnation à une peine de plus de trois mois de prison.

Le parcours sinueux du dossier Sonko cristallise ainsi autour de cette décision cruciale : son inscription sur les listes électorales, une condition sine qua non pour être candidat à une élection. En effet, sa radiation du fichier électoral le rendrait inéligible pour l’élection présidentielle imminente.

Cependant, la résolution de cette bataille juridique demeure incertaine après le jugement du tribunal de Dakar. Quelle que soit la décision rendue, les recours en appel devant la Cour suprême restent ouverts pour Ousmane Sonko comme pour l’État sénégalais.

Sur le front politique, cette audience pourrait s’avérer déterminante pour l’avenir de la candidature d’Ousmane Sonko à la présidentielle. Avec un délai de 10 jours pour faire appel de part et d’autre, une audience devant la plus haute juridiction du pays semble improbable dans ce laps de temps.

tab tech

Pourtant, le temps joue contre le candidat Sonko : la date limite de dépôt des candidatures pour la présidentielle de 2024 est fixée au 26 décembre. Si une victoire lui est accordée, il ne disposera que de 14 jours pour rassembler les documents nécessaires et les soumettre à la Cour constitutionnelle.

Cette situation, empreinte d’une tension palpable au Sénégal, a entraîné l’interdiction de circulation des motos à partir de minuit et tout au long de la journée de mardi, invoquant des raisons de sécurité selon la décision du préfet de police de Dakar.

Dans ce suspens électoral où les enjeux sont colossaux pour l’avenir politique du pays, le verdict attendu de la justice sénégalaise risque de modeler le paysage politique à l’approche de l’élection présidentielle de 2024.

Rejoignez notre communauté pour ne rien manquer.

Copyright © 2023 POWERED BY ZOE CREATION