Se connecter avec nous

Actualités

Sortie des pays de l’AES de la CEDEAO : Le Nigéria de Tinubu réagit et accuse…

Avatar de Richard

Publié

sur

Sortie des Pays de l’AES de la CEDEAO : Le Nigéria de Tinubu réagit et accuse...

Dans l’affaire de la sortie des pays de l’Alliance des États du Sahel (AES) de la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), le président nigérian et président en exercice de l’organisation Ouest africaine, a réagi officiellement au lendemain de l’annonce conjointe faite le dimanche 28 janvier 2024.

Le regret du Nigeria face à la décision des « dirigeants militaires non élus »

Selon les informations, le ministère fédéral des affaires étrangères nigérian a affirmé lundi regretter cette décision venant des ‘’dirigeants militaires non élus’’. Selon le président Bola Tinubu et son gouvernement, ces régimes militaires dans leurs actions, refusent à leurs peuples le droit souverain de faire des choix fondamentaux concernant les libertés de circuler, de commercer et d’élire ses propres dirigeants.

La CEDEAO critiquée pour avoir enlevé le droit souverain de choix

Cependant, la CEDEAO a été la première à enlever ce droit souverain de choix, au moment où elle a décidé d’isoler ces pays du reste de l’espace Ouest africain, ne prenant pas en compte la volonté des peuples de se libérer du joug des présidents corrompus et incapables de défendre leurs intérêts.

L’érosion des principes d’unité et de solidarité au sein de la CEDEAO

L’organisation communautaire a été la première à balayer du revers de la main, les principes d’unité, de fraternité, de solidarité et de partage, qui devraient guider ses actions. Ces présidents de transition traités de ‘’non élus’’, sont ceux qui répondent parfaitement aux aspirations de leurs peuples, et qui luttent ardemment pour les protéger des ennemis impérialistes et terroristes.

Le Nigeria critique le manque de soutien à ces présidents de transition

D’où le soutien indéfectible dont ils bénéficient de la part de leurs compatriotes. Au moment où les commissions de l’UA et de la CEDEAO appellent à un dialogue fraternel, le pays qui assure la présidence de l’organisation communautaire envenime la situation par des propos dénigrant et provocateurs.

Des accusations antérieures de TINUBU envers l’AES

Pour rappel, le président TINUBU avait déjà traité l’AES d’une alliance de fantômes, anti-démocratie et de bonne gouvernance. Des affirmations qui ne favorisent pas l’unité, ni un dialogue sincère et fraternel.

Rejoignez notre communauté pour ne rien manquer.

Copyright © 2023 POWERED BY ZOE CREATION