Se connecter avec nous

Faits divers

Sacrilège : Quand les femmes s’injectent la graisse des cadavres pour paraître belles !

Avatar de Le stagiaire

Publié

sur

Sacrilège : Quand les femmes s'injectent la graisse des cadavres pour paraître belles !

Sacrilège est l’époque où la chirurgie esthétique franchit toutes les barrières. Des procédures réparatrices aux expériences controversées, ce secteur médical alimente des discussions animées. Tout récemment, une nouvelle méthode a surgi, attisant à la fois l’admiration et l’appréhension : le Renuva.

Renuva : une pratique de sacrilège

Le cas du milliardaire Bryan Johnson, qui a fait transférer le sang de son fils décédé pour paraître plus jeune, reste gravé dans les esprits comme un exemple extrême des possibilités de la chirurgie esthétique. Aujourd’hui, une nouvelle frontière est franchie avec le Renuva, un produit innovant qui consiste à injecter de la graisse humaine prélevée sur des cadavres.

Une tendance émergente aux États-Unis

Selon The New York Post, la méthode est en passe de devenir à la mode aux États-Unis. Ce traitement, qualifié de « format unique », utilise des tissus de cadavres pour des injections visant à donner une apparence plus jeune et plus dynamique.

Approuvé par la FDA, mais à quel prix ?

Le Renuva a été approuvé par la Food and Drug Administration (FDA) en 2021, l’organisme de réglementation américain chargé du contrôle des médicaments. Malgré cette approbation, le traitement suscite des interrogations, notamment en ce qui concerne sa composition et ses effets à long terme.

CSAF

Les risques et les coûts

Les effets des injections de Renuva durent entre quatre à six mois, mais peuvent parfois perdurer des années. Cependant, chaque séance coûte au moins 3 000 dollars, soit environ 1 800 000 FCFA, ce qui en fait un investissement financier considérable pour les personnes souhaitant bénéficier de ce traitement.

Opacité autour de la composition

Bien que vanté par certains utilisateurs, le Renuva soulève des préoccupations quant à sa composition. L’entreprise ne divulgue pas clairement aux clients qu’il s’agit d’un produit à base de graisse prélevée sur des cadavres. Les réponses évasives fournies sur leur site Internet suscitent des interrogations sur la transparence et l’éthique entourant ce traitement.

Csaf

Une clientèle variée

Bien que les femmes représentent une part importante de la clientèle, quelques hommes ont également recours au Renuva pour retrouver une apparence jeunesse. Cette diversité des utilisateurs soulève des questions sur les normes de beauté et les pressions sociales qui alimentent la demande pour de telles procédures.

En conclusion, le Renuva incarne à la fois les avancées impressionnantes de la chirurgie esthétique et les préoccupations éthiques qui l’entourent. Alors que cette pratique gagne en popularité, il est essentiel de poursuivre les recherches et les débats sur ses implications à long terme pour la santé et la société dans son ensemble.

Rejoignez notre communauté pour ne rien manquer

CSAF

Copyright © 2023 POWERED BY ZOE CREATION