Se connecter avec nous

Actualités

La CEDEAO réagit au retrait du Burkina Faso, du Mali et du Niger

Avatar de Richard

Publié

sur

La CEDEAO réagit au retrait du Burkina Faso, du Mali et du Niger

La Commission de la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a répondu dimanche 28 janvier 2024, aux récents développements impliquant le retrait immédiat du Burkina Faso, du Mali et du Niger de l’organisation régionale. La Commission, dans un communiqué, a souligné l’absence de notification formelle des pays membres sur leur intention de quitter l’organisation.

Engagement envers l’ordre constitutionnel

Dans sa déclaration officielle, la CEDEAO a rappelé son engagement envers le rétablissement de l’ordre constitutionnel, conformément aux instructions de la Conférence des Chefs d’État et de gouvernement. Les trois pays demeurent des membres importants, et l’organisation demeure déterminée à trouver une solution négociée à l’impasse politique actuelle.

Surveillance attentive et déclarations futures

La Commission a assuré qu’elle reste attentive à l’évolution de la situation et a annoncé son intention de faire d’autres déclarations ultérieurement, soulignant ainsi l’importance accordée à la résolution pacifique des différends.

Retrait de l’Alliance des États du Sahel (AES)

Les trois pays, réunis au sein de l’Alliance des États du Sahel (AES), ont officialisé leur décision de se retirer de la CEDEAO à travers un communiqué conjoint. Cette décision fait suite à des sanctions imposées par la CEDEAO après des coups d’État militaires dans ces nations. Les pays ont justifié leur retrait en critiquant l’organisation pour son manque d’action dans la protection des populations contre le terrorisme.

Accusations envers la CEDEAO

Les dirigeants du Burkina Faso, du Mali et du Niger ont fustigé la CEDEAO, accusant l’organisation de ne pas avoir apporté d’assistance adéquate dans la lutte contre le terrorisme. Ils ont qualifié les sanctions imposées de « illégales, illégitimes, inhumaines et irresponsables », alléguant que ces mesures ont davantage fragilisé les populations déjà éprouvées par des années de violence terroriste. Ces reproches soulèvent des questions cruciales quant à la relation future entre ces États et la CEDEAO.

Rejoignez notre communauté pour ne rien manquer.

Copyright © 2023 POWERED BY ZOE CREATION