Se connecter avec nous

Politique

Togo : Vers de nouvelles élections pour remplacer Fabre et Apévon dans le Golfe

Avatar de Richard

Publié

sur

Togo : Vers de nouvelles élections pour remplacer Fabre et Apévon dans le Golfe

Au Togo, suite aux législatives d’avril 2024, Jean-Pierre Fabre et Dodji Apévon, représentants respectifs de l’Alliance nationale pour le changement (ANC) et des Forces démocratiques pour la République (FDR), ont décliné leur participation à la nouvelle Assemblée nationale. Les motifs avancés concernent la validité de la nouvelle constitution et les allégations de fraudes lors du scrutin.

Débats enflammés autour des procédures de remplacement

Cette décision inattendue a déclenché des discussions intenses concernant les démarches à suivre pour remplacer ces députés dissidents. Selon Kossivi Hounaké, Professeur agrégé de droit public à l’Université de Lomé, la responsabilité revient au futur bureau de l’Assemblée et à la Cour constitutionnelle pour résoudre cette impasse.

L’implication de la Cour constitutionnelle : un processus rigoureux

Kossivi Hounaké clarifie le processus : si les députés dissidents ne communiquent pas officiellement leur refus au bureau de l’Assemblée, le président doit les inviter à participer. En cas de persistance du refus, la Cour constitutionnelle est saisie pour constater la vacance des postes.

Nouvelles élections : une option pour remplir les sièges vacants

En cas de vacance de poste, les élections sont organisées dans les circonscriptions concernées pour élire de nouveaux députés. La Cour constitutionnelle ne peut pas nommer de remplaçants issus d’autres partis, souligne le Professeur Hounaké.

CSAF

Composition politique de l’Assemblée : un équilibre fragile

La nouvelle Assemblée nationale se compose de cinq partis politiques, dont l’Union pour la République (UNIR) en majorité avec 108 députés sur 113. L’opposition est représentée par deux partis, la Dynamique pour la majorité du Peuple (DMP) et l’Alliance des Démocrates pour un Développement Intégral (ADDI).

Une opposition fragmentée face au défi de la représentation

Seuls deux partis d’opposition, la DMP et l’ADDI, sont représentés à l’Assemblée nationale. Cette fragmentation soulève des questions sur la capacité de l’opposition à défendre ses idées et à influencer les décisions politiques dans le pays.

##Togo##

Rejoignez notre communauté pour ne rien manquer.

Pour tous vos besoins de communication, contactez Talcom Togo via WhatsApp en cliquant ici

csaf

Copyright © 2023 POWERED BY ZOE CREATION