Se connecter avec nous

Togo

Tensions politiques au Togo : 6 Opposants jetés en prison pour « troubles à l’ordre public »

Avatar de Le stagiaire

Publié

sur

Tensions politiques au Togo : 6 Opposants jetés en prison pour « troubles à l’ordre public »

Les tensions politiques se sont intensifiées ces dernières semaines au Togo, suite à l’adoption fin mars par l’Assemblée d’une nouvelle Constitution. Cette décision controversée a jeté de l’huile sur le feu dans un pays déjà marqué par des dissensions politiques profondes.

Opposition farouche : De la contestation à l’arrestation

Le projet de la nouvelle Constitution, qui vise à transformer le régime présidentiel en un régime parlementaire, a été farouchement contesté par l’opposition et la société civile togolaise. Ils y voient une manœuvre de Faure Gnassingbé, au pouvoir depuis 2005, pour se maintenir indéfiniment à la tête du pays. Neuf membres de la Dynamique Monseigneur Kpodzro (DMK), un regroupement de partis d’opposition et de la société civile, ont été interpellés à Lomé alors qu’ils sensibilisaient la population sur les implications de cette révision constitutionnelle. Parmi eux, six ont été incarcérés tandis que trois ont été libérés, selon les informations communiquées par leur avocat.

Répression et restrictions : Les voix dissidentes étouffées

Le gouvernement togolais a répondu par une répression musclée contre les voix dissidentes. Selon un communiqué du procureur de la République, les opposants arrêtés étaient accusés de distribuer des tracts et de scander des slogans incitant à la révolte populaire, ce qui a conduit à leur arrestation. Cette répression intervient dans un contexte où les manifestations sont interdites depuis 2022, suite à des violences survenues lors d’une précédente protestation.

Tensions politiques : nouvelles manifestations en vue

Face à cette escalade de tensions, quatre partis d’opposition et une organisation de la société civile ont appelé à une grande manifestation de protestation les 11, 12 et 13 avril prochains. Cette initiative risque de mettre le gouvernement et les forces de l’ordre en ébullition, dans un contexte déjà tendu.

L’Échec des consultations : report des élections

En réaction aux critiques et à la pression de l’opposition, le président Faure Gnassingbé a ordonné un nouvel examen du texte de la Constitution par les députés. Parallèlement, les élections législatives et régionales initialement prévues pour le 20 avril ont été reportées, sans qu’une nouvelle date ne soit annoncée. La présidence togolaise justifie ce report par la nécessité de mener des « consultations » sur cette réforme, laissant planer le doute sur la direction que prendra le pays dans les semaines à venir.

Rejoignez notre communauté pour ne rien manquer.

CSAF

Copyright © 2023 POWERED BY ZOE CREATION