Se connecter avec nous

Politique

Liberté de la presse/Classement mondial 2024 : Quelle chute vertigineuse pour le Togo ?

Avatar de Leg Arthur

Publié

sur

Liberté de la presse/Classement mondial 2024 : Quelle chute vertigineuse pour le Togo ?

Comme chaque 03 mai, Journée mondiale de la liberté de la presse, Reporters Sans Frontières (RSF) a rendu public son classement mondial annuel, révélant une chute vertigineuse pour le Togo. Autrefois classé à la 70e position, le pauvre pays se retrouve désormais en 113e place, perdant ainsi 43 positions en une seule année, une évolution alarmante qui le place dans la zone rouge en termes de liberté de la presse.

CSAF

Un paysage médiatique en trompe-l’œil

Avec 234 titres répertoriés, 94 stations radio et quelques chaînes de télévision, le Togo semble offrir une diversité médiatique appréciable. Cependant, RSF met en lumière une réalité moins reluisante : la plupart des médias togolais ne jouissent pas d’une réelle indépendance vis-à-vis des influences politiques. Des exemples flagrants, comme la suspension du quotidien « Liberté » en 2023 et les pressions exercées sur le journal d’investigation « L’Alternative », dévoilent les obstacles rencontrés par les médias indépendants du pays.

La liberté de la presse sous l’emprise du contexte politique

Dans son rapport, RSF souligne l’interdépendance étroite entre la liberté de la presse et le contexte politique au Togo. Notamment en période électorale, les journalistes se heurtent à l’autocensure et subissent des pressions tant du gouvernement que de l’opposition. Les autorités exercent une influence prépondérante sur le traitement de l’information, allant jusqu’à nommer et révoquer les responsables des médias publics ainsi que le président de l’instance de régulation des médias.

CSAF

Des défis majeurs pour les journalistes togolais

Outre les difficultés financières, la sécurité des journalistes au Togo reste une préoccupation majeure. Ceux qui osent dénoncer la corruption ou des affaires d’État sont souvent victimes de représailles sévères, comme en témoignent les cas de Ferdinand Ayité et Isidore Kouwonou. La surveillance étroite et le cyberespionnage, notamment à travers des logiciels tels que Pegasus, pèsent comme une menace constante sur les professionnels des médias qui refusent de se soumettre à l’agenda du régime.

Perspectives sombres pour la liberté de la presse au Togo

Malgré les appels à l’amélioration de la situation, les menaces de fermeture ou de suspension de médias persistent, alimentant l’inquiétude au sein de la communauté journalistique togolaise. RSF met en garde contre une détérioration continue de la liberté de la presse dans le pays si des mesures concrètes ne sont pas prises pour garantir l’indépendance des médias et la sécurité des journalistes.

Rejoignez notre communauté pour ne rien manquer.

CSAF

Copyright © 2023 POWERED BY ZOE CREATION