Se connecter avec nous

Actualités

Macky Sall absent au sommet de la CEDEAO : L’énigme dévoilée

Avatar de Richard

Publié

sur

Macky Sall absent au sommet de la CEDEAO : L'énigme dévoilée

Abuja a été le théâtre du 64e sommet ordinaire de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ce 10 décembre 2023. Pourtant, une absence notable a captivé l’attention : celle du président sénégalais, Macky Sall. Cette éclipse a suscité une série d’interrogations quant à sa raison, alimentant des spéculations et des suppositions, mais la véritable cause a finalement émergé des profondeurs de la politique sous-régionale.

Des informations confidentielles font état de tensions au sein de la CEDEAO, révélant des dissensions entre Macky Sall et d’autres leaders, notamment Patrice Talon, Alassane Ouattara et Bola Tinubu, ce dernier étant le président en exercice de l’organisation. Ces figures influentes se démarquent par leur position intransigeante dans la crise nigérienne, prônant une approche radicale contre les nouvelles autorités issues du coup d’État du 26 juillet dernier.

Leur perspective divergente de celle prônant un dialogue avec les nouveaux dirigeants, menant au renversement du président déchu, Bazoum, en faveur de l’ancien président Bazoum, est au cœur du désaccord. Cependant, l’évolution des alliances et des positions a chamboulé la donne.

Initialement alignés sur la France et l’Union européenne, les États-Unis ont révisé leur position, complexifiant les efforts de mobilisation contre le régime en place au Niger. De plus, le soutien du Togo, déjà impliqué dans d’autres crises régionales, a renforcé la médiation menée par Faure Gnassingbé.

Cette médiation togolaise, bien accueillie par certains et critiquée par d’autres, a fini par conduire le Niger à choisir Faure Gnassingbé pour faciliter les pourparlers. Cela a néanmoins déplu aux leaders prônant une ligne dure face aux militaires.

Progressivement, certains pays ont digéré le coup d’État, réorientant leurs relations vers les nouvelles autorités nigériennes. Ce changement de cap, associé à l’éviction de la France des négociations au Mali et au Niger, a contribué à ce revirement.

tab tech

Cependant, les factions les plus inflexibles se sont repliées, réalisant que ce sommet d’Abuja pourrait tourner la page Bazoum. Pour le Sénégal, ne pas assister à cette rencontre reviendrait à condamner le coup d’État et à renoncer à réinstaller Bazoum. Une source proche de l’instance sous-régionale, sous couvert d’anonymat, a confié : « Pour le Sénégal, s’il y a un doute sur notre capacité à réinstaller le président Bazoum, nous encouragerons d’autres coups d’État, donc le Sénégal souscrit fermement à la tolérance zéro prônée par le Ghana. Zéro tolérance pour les coups d’État. »

Cette décision démontre la fermeté du Sénégal face à la nécessité de maintenir l’ordre constitutionnel et de ne pas légitimer des actions jugées contraires aux principes démocratiques de la CEDEAO. L’absence de Macky Sall au sommet représente donc une position affirmée et déterminée, reflétant les dissensions profondes au sein de l’organisation régionale.

Rejoignez notre communauté pour ne rien manquer.

Copyright © 2023 POWERED BY ZOE CREATION