Se connecter avec nous

Politique

Crise au Nigéria – Grève générale illimitée : électricité coupée, écoles et aéroports fermés

Avatar de Richard

Publié

sur

Crise au Nigéria - Grève générale illimitée : électricité coupée, écoles et aéroports fermés

Les rues animées de Lagos sont silencieuses. Les aéroports d’Abuja, habituellement remplis de voyageurs pressés, sont déserts. Le Nigéria est paralysé. Ce lundi 03 juin 2024, les principaux syndicats du pays ont entamé une grève illimitée, exigeant une augmentation de salaire en réponse à la pire crise du coût de la vie que le pays ait connue depuis des décennies.

CSAF

Impact des réformes économiques sur l’inflation

Les réformes économiques du président Bola Tinubu – notamment la suppression des subventions aux carburants – ont entraîné une inflation galopante qui n’a jamais été aussi élevée depuis 28 ans. Lors de cette dernière grève, les travailleurs ont fermé le réseau électrique national et chassé les opérateurs d’une station de transmission clé, a déclaré la Transmission Company of Nigeria, ajoutant que d’autres travailleurs envoyés pour rétablir le courant ont été bloqués.

Paralysie des services publics et des transports

Ailleurs, les fonctionnaires ne se sont pas présentés ou ont fermé les entrées de leurs bureaux, y compris dans les aéroports d’Abuja, la capitale, et de Lagos, le centre économique du pays. Tous les travailleurs de l’aviation doivent rester à l’écart « jusqu’à nouvel ordre », a déclaré leur association. « Nous exigeons un salaire décent », a déclaré le Nigerian Labour Congress sur X, décrivant ce qu’ils gagnent actuellement comme un « salaire de famine ».

CSAF

Revendiquer une hausse salariale significative

L’association et le Trade Union Congress représentent des centaines de milliers de travailleurs gouvernementaux dans des secteurs clés. Les syndicats souhaitent que le salaire mensuel minimum actuel de 30 000 nairas (20 dollars) soit porté à près de 500 000 nairas (336 dollars). Le gouvernement propose 60 000 nairas (40 dollars). La demande des syndicats augmenterait la masse salariale du gouvernement de 6,3 milliards de dollars, ce qui pourrait « déstabiliser l’économie », a déclaré le ministre de l’information Mohammed Idris.

Conséquences des décisions économiques du gouvernement

Après que le président nigérian a mis fin, dès le premier jour de son mandat en mai de l’année dernière, aux subventions aux carburants qui duraient depuis des décennies mais qui étaient coûteuses, le prix de l’essence a plus que doublé dans l’un des plus grands producteurs de pétrole d’Afrique. Les prix des transports publics et des produits de base ont grimpé en flèche. Le gouvernement de M. Tinubu a également dévalué le naira afin d’encourager les investissements étrangers, ce qui a entraîné une nouvelle hausse des prix des produits de base dans ce pays de plus de 210 millions d’habitants, qui dépend des importations.

##Nigéria##

Rejoignez notre communauté pour ne rien manquer.

Pour tous vos besoins de communication, contacté Talcom Togo via WhatsApp en cliquant ici

csaf
Continuer La Lecture
Cliquez pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2023 POWERED BY ZOE CREATION